14ème Station (Ch. Croix 2021)

Quatorzième station. Jésus est descendu de la croix.


V/ Nous t’adorons, ô Christ et nous te bénissons.

R/ Parce que tu as sauvé le monde par ta sainte croix.

De l’Évangile selon saint Matthieu (27, 59-60)

Prenant le corps (de Jésus), Joseph l’enveloppa dans un linceul immaculé, et le déposa dans le tombeau neuf qu’il s’était fait creuser dans le roc. Puis il roula une grande pierre à l’entrée du tombeau et s’en alla.

Tout laisse à penser que le dernier acte est joué. La pierre est roulée comme le rideau tombe lourdement sur la scène. Celui qui était la Lumière du monde se laisse enfermer dans les ténèbres du tombeau. Il faudra revenir là où le corps de notre Seigneur a été déposé pour terminer la toilette mortuaire. Mais cela ne pourra se faire qu’après le Sabbat.

Le désert et les mers sont devenus, pour beaucoup, les cimetières d’aujourd’hui. En réponse à ces morts-là, il y a peu de mots. Mais il y a des responsabilités. On peut quitter sa terre pour raison de conflit, pour raison climatique, pour raison économique. Les routes de l’exil se transforment souvent en chemins de croix. Certains parviennent jusqu’au jardin de Pâques. Beaucoup d’autres ne peuvent aller plus loin que le Golgotta ; terrassés par l’extorsion, la violence et le désespoir.

Nos espoirs de semences qui doivent tomber en terre pour y germer pourraient s’évanouir

  • tout jamais. Pourtant notre espérance ne sera pas déçue. Jésus va se relever. Il va porter du fruit en abondance. Notre foi sera le parfum qui nous remettra debout sur les chemins de notre existence. A notre tour, nous devrons être semence d’espérance. Le Seigneur ne nous demande pas d’être gardiens de cimetière pour entretenir des monuments comme on peut être gardien de phare. Il veut que nous soyons le phare lui-même par la lumière reçue dans la prière et l’obéissance à la volonté divine. Cela devrait nous permettre de diffuser la Lumière partout et de guider tous les navires de ce monde vers le port du Salut.

PRIERE : Seigneur Jésus-Christ, toi qui as marché sur le chemin des douleurs en nous convertissant à la fraternité, fais que le signe du tombeau vide nous parle, à nous et aux générations futures. Qu’il devienne source de foi vive, de charité généreuse et de ferme espérance dans chacune de nos familles. A toi, Jésus, présence cachée et victorieuse dans l’histoire du monde, honneur et gloire pour les siècles.

Notre Père…

Je vous salue Marie…

Durant de nombreuses années, le credo a été chanté au terme du chemin de croix à Tournai, sur la place Paul-Emile Janson. N’ayons pas peur de proclamer notre foi virtuellement, d’autant que nous avons les paroles de celui-ci qui sera chanté en latin !




Spécial Carême : chants de l’Emmanuel

13ème Station (Ch. Croix 2021)

Treizième station. Jésus est descendu de la croix.


V/ Nous t’adorons, ô Christ et nous te bénissons.

R/ Parce que tu as sauvé le monde par ta sainte croix.

De l’Évangile selon saint Marc (15, 42-43. 46a)

Déjà il se faisait tard ; or, comme c’était le jour de la Préparation, qui précède le sabbat, Joseph d’Arimathie intervint. C’était un homme influent, membre du Conseil, et il attendait lui aussi le règne de Dieu. Il eut l’audace d’aller chez Pilate pour demander le corps de Jésus. Alors Joseph acheta un linceul, il descendit Jésus de la croix.

L’heure est accomplie. Jésus est descendu de la croix. Seuls les plus grands artistes nous permettent d’imaginer qu’elle fut la douleur de Marie lorsqu’elle reçut le corps ensanglanté de son Fils. Elle savait qu’elle devrait bientôt le laisser reposer dans la roche froide du tombeau. Entre le cri de Marie et celui du matin de Pâques le monde entier entre dans le silence. Le Verbe va se taire trois jours durant. Lui que la Vierge a porté en son sein depuis la visite de l’ange à Nazareth. Lui qu’elle récupère après qu’il soit allé jusqu’au bout de sa mission.

Nous savons qu’au pied de la Croix, Marie est devenue la mère de chacun d’entre nous. Elle nous apprend l’abandon et l’accueil ; la confiance et l’espérance. Nous nous reconnaissons dans ce corps que la Vierge tient dans ses bras tendres et forts à la fois. Blottis sous sa protection, nous devenons à notre tour membres de ce corps blessé. C’est avec ce corps de chair que Dieu s’est rendu présent parmi nous. Avec Marie à nos côtés, nous avons à le rejoindre d’une autre manière désormais. C’est en chaque eucharistie que

nous recevons le pain de sa Parole et de sa Vie.

PRIERE : Seigneur, beaucoup sont actuellement privés de la communion eucharistique. Ilsne manquent pas de manifester leur désir profond. Qu’ils ne doutent pas que tu les attends sur la route de la charité avant de te donner à eux de manière sacramentelle. Prions pour que nos assemblées eucharistiques redeviennent très rapidement un signe plénier de ton Corps.

Notre Père…

Je vous salue Marie…

12ème Station (Ch. Croix 2021)

Douzième station. Jésus meurt sur la croix.


V/ Nous t’adorons, ô Christ et nous te bénissons.

R/ Parce que tu as sauvé le monde par ta sainte croix.

De l’Évangile selon saint Marc (15, 33-39)

Quand arriva la sixième heure (c’est-à-dire : midi), l’obscurité se fit sur toute la terre jusqu’à la neuvième heure. Et à la neuvième heure, Jésus cria d’une voix forte : « Éloï, Éloï, lema sabactani ? », ce qui se traduit : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » L’ayant entendu, quelques-uns de ceux qui étaient là disaient : « Voilà qu’il appelle le prophète Élie ! » L’un d’eux courut tremper une éponge dans une boisson vinaigrée, il la mit au bout d’un roseau, et il lui donnait à boire, en disant : « Attendez ! Nous verrons bien si Élie vient le descendre de là ! » Mais Jésus, poussant un grand cri, expira. (Silence, à genoux) Le rideau du Sanctuaire se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas. Le centurion qui était là en face de Jésus, voyant comment il avait expiré, déclara : « Vraiment, cet homme était Fils de Dieu ! »

Si le Fils de Dieu a consenti à la croix, c’est parce qu’il connaissait, mieux que quiconque, la valeur et la dignité de la vie humaine. Il est mort pour nous et pour toute l’humanité car,

  • ses yeux, chaque vie humaine a du prix. Jésus est ainsi arrivé au sommet de l’abaissement. Son abaissement est le signal de notre relèvement. Jésus a merveilleusement accompli le commandement de l’Amour. Désormais, nous savons jusqu’où Dieu est prêt à aller pour nous sauver.

Par sa croix, le Seigneur a changé radicalement le sens de la mort. De ce qui n’était que désespoir et non-sens absolu il en a fait une expérience de rencontre avec l’Amour. Le dernier souffle du mourant devient un cri de victoire sur le mal et sur la mort. Cette victoire a déjà un effet immédiat : la foi du centurion, présage de la foi du monde païen. Le bois qu’il travaillait avec son père de Nazareth est devenu le trône de gloire du Fils. Par le bois de la croix, l’humanité retrouve le chemin qui conduit au Père des cieux.

PRIERE : Saint Joseph, toi dont la présence a toujours été juste et discrète, nous teconfions chacune de nos familles dans leur diversité. Avec toi, le Christ est devenu homme. Comme tu as veillé sur la sainte famille, défends-nous de tout mal. Nous te demandons de protéger l’Eglise Universelle. Nous t’implorons de soutenir la démarche des catéchumènes qui cheminent vers les sacrements de l’initiation chrétienne. Qu’ensevelis avec le Christ par le baptême, ils puissent ressusciter en lui et avec lui par la foi en la puissance de Dieu.

Notre Père…

Je vous salue Marie…

11ème Station (Ch. Croix 2021)

Onzième station. Jésus est cloué sur la croix.


V/ Nous t’adorons, ô Christ et nous te bénissons.

R/ Parce que tu as sauvé le monde par ta sainte croix.

De l’Évangile selon saint Luc (23, 39-43)

L’un des malfaiteurs suspendus en croix l’injuriait : « N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi ! » Mais l’autre lui fit de vifs reproches : « Tu ne crains donc pas Dieu ! Tu es pourtant un condamné, toi aussi ! Et puis, pour nous, c’est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n’a rien fait de mal. » Et il disait : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume. » Jésus lui déclara : « Amen, je te le dis : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. »

Entre ciel et terre, Jésus est élevé sur le bois de la croix, comme le pire malfaiteur. La cruauté du supplice est effroyable. Désormais, le corps de Jésus et la croix ne font plus qu’un. Mais les clous ne parviennent pas à retenir sa liberté. Le crucifié demeure libre : libre de faire valoir sa toute-puissance et sa dignité de Fils de Dieu. Libre aussi de renoncer et d’abandonner. Au contraire, il utilise sa liberté pour pardonner son compagnon d’infortune en lui promettant la vie éternelle.

Malgré la tension atroce, la suffocation et la souffrance, Jésus trouve encore les mots du réconfort. Sur la croix, Jésus prononce la parole la plus consolante de tout l’Evangile.

Les bras transpercés et étendus du Christ seront les hôtes du bon larron dans le Paradis. Cet homme sans nom qui accueille humblement le salut peut être chacun de nous. Il nous apprend que le Royaume annoncé par Jésus n’est pas difficile à atteindre pour celui qui l’invoque et se reconnaît pécheur. Il n’est jamais trop tard pour accueillir sur soi les yeux miséricordieux de Dieu.

Prions : Seigneur, nous te prions pour les prisonniers. Libère ceux qui souffrent d’addiction. Nous t’implorons de soutenir ceux qui sont à l’heure de la mort et ceux qui accompagnent les mourants. Qu’ils soient debout, fermes et fidèles dans l’espérance comme Marie et les quelques disciples qui étaient au pied de la croix.

Notre Père…

Je vous salue Marie…

10ème Station (Ch. Croix 2021)

Dixième station. Jésus est dépouillé de ses vêtements.


V/ Nous t’adorons, ô Christ et nous te bénissons.

R/ Parce que tu as sauvé le monde par ta sainte croix.

De l’Évangile selon saint Jean (15, 23-24)

Quand les soldats eurent crucifié Jésus, ils prirent ses habits ; ils en firent quatre parts, une pour chaque soldat. Ils prirent aussi la tunique ; c’était une tunique sans couture, tissée tout d’une pièce de haut en bas. Alors ils se dirent entre eux : « Ne la déchirons pas, désignons par le sort celui qui l’aura. » Ainsi s’accomplissait la parole de l’Écriture : Ils se sont partagé mes habits ; ils ont tiré au sort mon vêtement.

Sous les regards narquois de la foule, Jésus est dépouillé de tout. Il est mis à nu et s’offre ainsi à son Père dans un acte d’abandon. Exposé au déshonneur, Jésus prend sur lui le déshonneur d’Adam. Le Seigneur assume tous les degrés de la perdition humaine. En étant dénudé, il s’est habillé du vêtement des souffrances et des besoins de ceux qui n’ont

plus rien et qui souffrent du regard des autres.

Au mépris de la dignité de la personne humaine s’ajoute la cupidité des soldats. Et l’objet de convoitise est cette tunique « tissée tout d’une pièce, de haut en bas ». Nous pouvons y voir une allusion au vêtement du grand prêtre, qui était tissé d’une seule pièce, sans couture. Le supplicié est l’unique véritable Grand Prêtre. Quand il livre son corps sur la croix, il est à lui seul l’autel, le prêtre et la victime.

PRIERE : Nous te confions, Seigneur, les personnes âgées, malades ou porteuses de handicap et qui se retrouvent mis à nu devant les autres pendant que les soins leur sont prodigués. Nous te prions pour les S.D.F. que nous croisons dans nos rues. Veille sur les nombreux jeunes victimes de harcèlement sur les réseaux sociaux ou à l’école. Soutiens ceux qui souffrent de se sentir différents par rapport aux normes imposées par la société. Que tous soient revêtus du vêtement du salut et couverts du manteau de la justice.

Notre Père…

Je vous salue Marie…

9ème Station (Ch. Croix 2021)

Neuvième station. Jésus tombe pour la troisième fois.


V/ Nous t’adorons, ô Christ et nous te bénissons.

R/ Parce que tu as sauvé le monde par ta sainte croix.

De la lettre aux Philippiens (2, 6-7)

Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes.

Ce n’est plus un seul genou qui est à terre, c’est tout le corps qui ploie sous le poids de la croix. Son corps ne fait plus qu’un avec le chemin qui conduit au Calvaire. Il est le chemin, la vérité et la vie. Ce chemin passe, pour nous aussi, par la croix pour accéder à la vie éternelle.

Nous savons que le bonheur n’exclut pas les épreuves. On ne choisit pas notre croix.

L’humilité consiste à accueillir celle qui vient et continuer à aimer, malgré tout.

Quand on pense abandonner, apprends-nous Seigneur à nous abandonner entre les bras du Père. La sainteté à laquelle nous sommes tous appelés est à ce prix.

Lorsqu’on souffre, il nous arrive de prendre conscience de cette terrible solitude que rien

ne peut soulager : ni la présence des autres, ni la médecine, ni même les prières parfois.

La tentation est parfois grande de se laisser aller au découragement et d’en finir une fois pour toutes. Dans une course comme dans la vie, ce sont toujours les derniers mètres les plus difficiles. Que le Seigneur donne à tous le courage d’aller jusqu’au bout. Qu’il nous donne d’espérer sans mesure, même au creux de la nuit la plus sombre.

PRIERE : Nous te confions, Seigneur, les personnes atteintes de lourdes maladies, parfois invisibles. Nous te prions en particulier pour celles et ceux qui sont découragés par les rechutes et les diverses dépendances. Touche le cœur des personnes qui pensent au suicide. Ne les laisse pas entrer en tentation mais délivre-les du mal.

Notre Père…

Je vous salue Marie…

8ème Station (Ch. Croix 2021)

Huitième station. Jésus rencontre les femmes de Jérusalem.


V/ Nous t’adorons, ô Christ et nous te bénissons.

R/ Parce que tu as sauvé le monde par ta sainte croix.

De l’Évangile selon saint Luc (23, 27-28)

Le peuple, en grande foule, le suivait, ainsi que des femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur Jésus. Il se retourna et leur dit : « Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! Pleurez plutôt sur vous-mêmes et sur vos enfants ! »

Le Seigneur semble nous dire qu’il ne sert à rien de pleurer sur les souffrances de ce monde avec des paroles creuses et de pieux sentiments alors que notre vie continue à se déployer toujours égale à elle-même. L’humanité a l’art de déverser des torrents de larmes sur des choses extérieures et superflues. Par contre, ce qui a vraiment de l’importance et du sens ne provoque que notre indifférence.

Jésus sait combien l’indifférence tue car elle exprime notre désintérêt pour la vie. Il nous

demande de ne pas nous apitoyer sur ce qui est superficiel dans nos vies. Il nous exhorte

  • regarder et déverser des larmes sur tout ce qui nous éloigne les uns des autres et de Dieu. Beaucoup ont souffert de ne pas être essentiel ces derniers temps. Mais l’essentiel, c’est le Ciel. Tâchons de retrouver le goût et le désir de l’essentiel, de l’amour, et du pardon. Réapprenons à être proches les uns des autres.

PRIERE : Nous te confions Seigneur les jeunes que nous connaissons. Beaucoup souffrentde l’isolement et du découragement. Certains remettent en question le sens et l’orientation de leur vie. Qu’ils trouvent des oreilles attentives pour accueillir leur désarroi. Nous te rendons grâce pour les jeunes qui ont les gestes et les paroles justes pour agir avec cœur et solidarité alors qu’eux-mêmes subissent de plein fouet les conséquences de la crise sanitaire.

Notre Père…

Je vous salue Marie…

7ème Station (Ch. Croix 2021)

Septième station. Jésus tombe pour la deuxième fois.


V/ Nous t’adorons, ô Christ et nous te bénissons.

R/ Parce que tu as sauvé le monde par ta sainte croix.

Du livre du prophète Isaië (53, 5)

Or, c’est à cause de nos révoltes qu’il a été transpercé, à cause de nos fautes qu’il a été broyé. Le châtiment qui nous donne la paix a pesé sur lui : par ses blessures, nous sommes guéris.

Le soutien de Marie, la tendresse de Véronique et l’aide de Simon ne suffisent pas à rester debout. A nouveau, Jésus s’effondre. Jésus est le grain de blé qui tombe en terre. S’il ne meurt pas, il reste seul. S’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Mais son heure n’est pas encore venue. Plus que jamais, il a besoin de l’aide de Simon pour se relever et aller au

bout de l’amour pour porter les fruits de la Rédemption.

Ce n’est pas toujours facile d’avoir l’humilité et la sagesse d’accepter l’aide quand elle se présente. Il est souvent plus facile de donner que de recevoir. Se dire qu’on n’y arrivera pas seul c’est, certes, reconnaître nos fragilités et nos limites mais c’est aussi consentir au lâcher prise.

PRIONS : Seigneur, nous te confions toutes les personnes atteintes de dépression. Veille sur les patients des Marronniers mais aussi sur tous ceux qui ont été enfermés dans le silence de la solitude. Qu’ils aient le courage d’accepter l’aide que la société et les proches peuvent leur donner. Que sur leur chemin, ils puissent trouver des personnes capables de les écouter et de les soutenir.

Notre Père…

Je vous salue Marie…

6ème Station (Ch. Croix 2021)

Sixième station. Véronique essuie le visage de Jésus.


V/ Nous t’adorons, ô Christ et nous te bénissons.

R/ Parce que tu as sauvé le monde par ta sainte croix.

Du livre du prophète Isaië (53, 2-3)

Il était sans apparence ni beauté qui attire nos regards, son aspect n’avait rien pour nous plaire. Méprisé, abandonné des hommes, homme de douleurs, familier de la souffrance, il était pareil à celui devant qui on se voile la face ; et nous l’avons méprisé, compté pour rien.

Véronique, en se démarquant de la foule, pose un geste de tendresse, en plein milieu de la cohue déchaînée. Le Seigneur a voulu laisser l’empreinte de sa sainte face afin que nous cherchions en tout homme la trace de son visage. A nous de le reconnaître sur les traits des visages les plus défigurés.

Comme elle, bien des hommes et bien des femmes osent sortir des rangs pour contempler l’image de Dieu sur tant de visages que le mal a défigurés. Comme elle, nous sommes invités à prodiguer ces petites et délicates attentions afin de rendre notre monde plus humain, l’air plus respirable et participer à la révolution de la tendresse.

PRIERE : Nous te prions, Seigneur, pour les médias. Que toutes les personnes chargées denous informer soient chercheurs et serviteurs de la vérité. Qu’ils ne se laissent jamais enfermer dans le politiquement correct du moment. Puisses-tu leur accorder de donner aux mots et aux images leur véritable sens. Que la gravité de la situation ne nous fasse pas sombrer dans la peur. Et que la lumière soit faite régulièrement sur tous les gestes de solidarité et de tendresse.

Notre Père…

Je vous salue Marie…

5ème Station (Ch. Croix 2021)

Cinquième station. Simon aide Jésus à porter sa croix.


V/ Nous t’adorons, ô Christ et nous te bénissons.

R/ Parce que tu as sauvé le monde par ta sainte croix.

De l’Évangile selon saint Marc (15, 21-22)

Ils réquisitionnent, pour porter sa croix, un passant, Simon de Cyrène, le père d’Alexandre et de Rufus, qui revenait des champs. Et ils amènent Jésus au lieu-dit Golgotha, ce qui se traduit : Lieu-du-Crâne (ou Calvaire).

Simon pensait avoir terminé son travail aux champs. Il est interpellé pour donner un coup de main à ce condamné. On ne peut pas vraiment dire qu’il en avait le choix, mais il est resté ouvert à l’imprévu. Deux mille ans après, on se souvient de son geste.

Aujourd’hui encore, ils sont nombreux les Simon de Cyrène qui se mettent à porter les

croix des autres pour alléger leur fardeau. Nous sommes tous témoins de beaux élans de solidarité courageuse. La bonté et l’humanité qui sommeillent en chacun nous rappelle qu’il n’y a pas que de l’égoïsme en l’homme. Beaucoup d’entre nous répondent spontanément à l’appel de Dieu à se pencher vers les plus fragiles. Nous aussi, nous voulons participer à cet élan de fraternité universelle. L’homme doit sortir de lui-même pour trouver en son prochain la possibilité de grandir en humanité. L’homme a toujours été le chemin la première route de l’Eglise.

L’amitié ne peut se vivre uniquement dans la sphère privée. Elle doit se vivre également dans le domaine public. La recherche de l’amitié sociale et de la fraternité universelle doit constituer l’horizon du politique, nous rappelle le pape François.

PRIERE : Seigneur Esprit Saint, viens éclairer les décideurs politiques dans leurs choix, enparticulier dans le domaine de la santé, de l’éducation, de la culture et du respect de la personne humaine. Donne-leur l’audace du risque qui suscite des actes fraternels pour que tous deviennent frères.

Notre Père…

Je vous salue Marie…