10ème Station

Dixième station. Jésus est dépouillé de ses vêtements.

NOUS VOUS ADORONS, O JESUS, ET NOUS VOUS BENISSONS

PARCE QUE VOUS AVEZ RACHETE LE MONDE PAR VOTRE SAINTE CROIX.

Lorsque le Seigneur arrive au Calvaire, on lui donne à boire un peu de vin mélangé à du fiel, sorte de narcotique pour atténuer un peu la douleur de la crucifixion. Mais Jésus n’a pas voulu le boire. Il se livre à la mort avec la pleine liberté de l’Amour.

Puis les soldats dépouillent le Christ de ses vêtements.

De la plante des pieds à la tête, il n’y a en lui rien d’intact : blessures, meurtrissures, plaies ouvertes, ni soignées, ni bandées, ni soulagées.

Les bourreaux prennent ses vêtements et en font quatre parts. Mais la tunique est sans couture ; aussi se disent-ils entre eux :

Ne la déchirons pas ; mais tirons au sort pour savoir qui l’aura.

C’est ainsi que l’Ecriture s’accomplit une fois de plus : « ils se sont partagés mes vêtements, ils ont tiré au sort ma tunique. »

C’est la spoliation, le dépouillement, la pauvreté la plus absolue. Rien n’est resté au Seigneur, si ce n’est un morceau de bois.

Pour arriver à Dieu, le Christ est le chemin ; mais le Christ est sur la Croix, et pour monter sur la Croix il faut avoir le cœur libre et libéré. Jésus, donne à chaque participant à ce chemin de croix la force d’abandonner tout ce qui l’éloigne de toi.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :